lundi 29 janvier 2018

Comprendre l'OPA avec des mots simples

Que signifie OPA





Définition


Le terme « OPA » (Offre Publique d'Achat) traduit les différentes étapes par lesquelles une société ("initiatrice") fait connaître publiquement sa volonté d'acquérir tout ou partie d'une société cotée ("cible"). L’objectif étant tout simplement que les actionnaires (ou détenteurs de parts) de la société cible revendent à la société initiatrice leurs titres afin que la société initiatrice soit propriétaire de ces titres, ainsi que des droits assimilés.
En fait, ce terme qui a une connotation agressive est une étape obligatoire pour qui veut racheter une entreprise cotée en bourse, à moins que l’entreprise cible soit en liquidation. Le prix d’achats proposé par la société initiatrice sera dans la plupart des cas supérieur aux prix du marché (dernière cotation avant la date de lancement de l’OPA), en moyenne 15 à 30%.
Notons que l’OPA se fait par un rachat d’actions sous forme de cash, contrairement à l’OPE (Offre Publique d’Echange) dont la contrepartie est une fraction ou un multiple des parts de la société initiatrice.
Exemple : je possède 10 actions cible A à 100 € la cote, les titres de la société B valent sur le marché 50€, l’OPE peut consister à proposer 3 actions B pour 1 action A. L’actionnaire, si l’OPE va au terme, pourra vendre à l’issue : 10 x 3 actions B x 50€ = 1500€ alors que ses actions A valaient 10 x 100€ = 1000€ ; soit une plus-value réalisée via l’OPE de 500€.
·         OPA hostile ou amicale
L’OPA sera amicale quand les conditions auront été validées par le Conseil d’Administration de la société cible. Dans le cas contraire, l’OPA est dite hostile.

Comment se déroule une OPA ?

L’offre publique d'achat est une procédure réglementée qui s’effectue sous l’accord et la surveillance des autorités de marché. Chaque pays a son propre institut de régulation boursier. En France, il s’agit de l'AMF (Autorité des Marchés Financiers) qui s'assure :
·         du respect des principes de transparence ;
·         de bonne information ;
·         d'égalité de traitement des actionnaires.
A ce titre (sans mauvais jeu de mots), la société initiatrice devra proposer un prix identique à l'ensemble des actionnaires et ce pour la totalité des titres.
Si l'offre est déclarée conforme par l'AMF, sa durée de validité en France est de 25 jours de négociation au maximum, ou de 35 jours si l'OPA est hostile.

Après l’annonce de l’offre publique d’achat, les actionnaires de la société cible peuvent :


• soit apporter leurs actions à l'entreprise acheteuse
• soit choisir de conserver leurs titres. Dans ce cas, selon l’issue heureuse ou non de l’OPA, les actions du détenteur seront automatiquement converties en actions de la société initiatrice (la société cible n’existant plus), dans les mêmes proportions que l’OPA d’origine.

Alternatives à l’OPA

Après le lancement et la validation de l’OPA et jusqu’au 35ème jour (terme de l’OPA, en cas d’OPA hostile), les possibilités sont les suivantes :

-                    succès de l’OPA :  les actions changent de main ;

-                   échec de l’OPA : la société initiatrice n’a pas pu racheter le nombre d’actions qui lui permettent de prendre le pouvoir de l’entreprise cible : « RAS » !

-                   -  contre OPA : Une entreprise tierce, dite « cavalier blanc » car elle va au secours de la société cible, la plupart du temps promue par la société attaquée, va faire une contre-proposition à un cours supérieur à la société initiatrice. Cette dernière peut renchérir, etc, etc. Ce fort intérêt pour la société cible fait évidemment la joie des actionnaires qui voient leurs actions monter drastiquement.

Conséquences d’une OPA ?

1. pour la société initiatrice, les effets officiels, et inavoués, sont :
  • ·         Accroître ses parts de marchés
  • ·         Développer son réseau de distribution
  • ·         Acquérir une technologie
  • ·         Éliminer un concurrent
  • ·         Diversifier ses activités

  • ·         Bénéficier localement :
o   d’infrastructures élaborées
o   de coûts et de flexibilité du travail attrayant
o   d’une imposition plus faible
o  
  • ·         Internationalisation
  • ·         Distribuer plus de dividendes…
Cette stratégie peut se résumer sous l’appellation « croissance externe », c’est-à-dire augmenter ses résultats en rachetant d’autres sociétés, contrairement à la « croissance interne » consistant à augmenter ses parts de marché via son organisation existante (par la prospection, l’innovation, le développement de nouveaux produits et services…)

2. pour les actionnaires :
  • ·         Réaliser une plus-value
  • ·         Détenir des parts d’une société plus solide financièrement

3. délit d’initié?

On parle de délit d’initié quand une personne procède à des opérations boursières en fonction d'informations qui ne sont pas encore officielles. Par exemple, un membre du Comité de Direction d’une société cotée en bourse pourrait utiliser des informations dont ne disposent pas encore ses concurrents ou d’autres acteurs de la « Place » pour vendre ou acheter des valeurs mobilières. Ce type de transaction boursière est illégal. Une personne qui agirait dans ce sens s’exposerait à des sanctions pénales.

Approfondir le sujet:



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire vos remarques ou interrogations dans ce champs